Ils, elles sont né.e.s deux fois et nous racontent le basculement d’une vie à l’autre. Après Une longue peine, consacré à l’enfermement carcéral, Didier Ruiz donne la parole aux personnes captives d’un corps et d’un sexe de naissance qu’elles ne reconnaissent pas. Face au public, six hommes et femmes, tous transgenres, se livrent avec pudeur et sans détour. Ils jouent leur propre rôle. Ils témoignent de leurs places dissidentes dans une société binaire, opposant les femmes aux hommes. Ils racontent sans pathos le poids des normes, la violence, le harcèlement, les incompréhensions familiales, la solitude, les moments épiques et une nouvelle peau, chèrement acquise…Métamorphoses héroïques, loin des clichés et du voyeurisme, ces récits de vie sont bouleversants d’humanité. Entre rire et larmes, on est touché de plein fouet.

Spectacle en catalan et castillan surtitré en français.

Un spectacle à voir dès 13 ans.

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue du spectacle.

 

Presse
Trans est un de nos coups de coeur […] Une bouffée de tendresse universelle qui montre la capacité du théâtre à briser les tabous, à faire penser, aimer plus fort et plus haut. Les Échos  Lire l'article complet ici

Didier Ruiz donne la parole à ces hommes et ces femmes et leurs témoignages nous touchent, car même si l’échelle est différente, tous avons été victime de harcèlement, d’humiliations, pour certains avons été rejetés mais ces personnes sur scène nous prouvent qu’il n’y a pas de fatalité et ce message d’espoir est le bienvenu de nos jours…La Parole aux arts.fr

Cette simplicité d’expression, sans emphase, sans pathos, nous touche directement au cœur. Toute La Culture

En évitant les écueils du pathos, c'est une parole ouverte, intime, généreuse et digne.
La Dépêche  Lire l'article complet ici

En une heure dix de juste parole, ce spectacle hors-norme brocarde les tabous et réinvente une forme de fraternité-sororité. […] Trans n'est pas du happening militant, c'est un théâtre d'âme. […] Une bouffée de tendresse universelle qui montre la capacité du théâtre à briser les tabous, à faire penser, aimer plus fort et plus haut. Les Echos.fr  Lire l'article complet ici


Distribution
La compagnie des Hommes
Mise en scène Didier Ruiz
Collaboration artistique Tomeo Vergés
Assistanat mise en scène Mònica Bofill
Scénographie Emmanuelle Debeusscher
Costumes Marie Negretti
Musique Adrien Cordier
Lumière Maurice Fouilhé
Vidéo Zita Cochet
Traduction, surtitrage Julien Couturier / PANTHEA 
Animations visuelles Élèves de la formation Graphiste Motion Designer des Gobelins : Lu Aschehoug, Garance Bigo, Clothilde Evide, Aurore Fénié, Arthur Gaillon, Anne Hirsch, Yu-Heng Lin, Julia Nuccio
Chargée de rencontres Àngels Nogué i Solà
Production Emilie Raisson
Diffusion Mina de Suremain
Avec Neus Asencio, Clara Palau, Danny Ranieri, Raùl Roca, Ian de la Rosa, Sandra Soro

Production et Soutiens
Production La compagnie des Hommes.
Coproduction Teatre Lliure Barcelone, Châteauvallon Scène Nationale, Le Channel scène nationale de Calais, Arpajon-La Norville-Saint-Germain-lès-Arpajon, Fontenay-en-Scènes/Fontenay-sous-Bois, Festival d’Avignon, Le Grand T théâtre de Loire-Atlantique, Théâtre de Chevilly-Larue, Scène Nationale de l’Essonne, Agora - Desnos, La Filature Scène Nationale de Mulhouse, Théâtre de Choisy-le-Roi - Scène conventionnée d'intérêt national - Art et Création pour la diversité linguistique en collaboration avec PANTHEA. Avec le soutien du Département du Val-de-Marne, de l’Institut français, de la Fondation Un monde par tous, sous l’égide de la Fondation de France.
Conventionnée par le Ministère de la Culture - DRAC d’Île-de-France et par la Région Île-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle.
Subventionnée par la DRAC Île-de-France et le Département de l’Essonne pour sa résidence à Arpajon, La Norville et Saint-Germain-lès-Arpajon.

En savoir +
Pour en savoir plus sur la Compagnie des Hommes > cliquez ici

Imprimer cette page

© Emilia Stéfani Law