France • Claude Barras
Durée : 1h06

Film d'animation POUR TOUS LES PUBLICS, dès 7 ans

César 2017 du meilleur film d'animation et de la meilleure adaptation / Grand Prix et Prix du jury au Festival du film d'animation d'Annecy 2016 / Grand Prix au Festival d'Angoulême 2016

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

Sur un scénario de Céline Sciamma, d'après le roman Autobiographie d'une courgette de Gilles Paris (2002, éditions Plon).

 

Presse

Une petite merveille. Ouest France

Entre la poésie intimiste d'un Tim Burton et la force sociale d'un Ken Loach en herbe, Claude Barras pétrit le malheur pour lui donner la forme, éclatante et joyeuse, de l'espoir. Et c'est bouleversant, à n'importe quel âge. Télérama

Un vrai petit bijou sur l'enfance, l'abandon, l'amitié et l'amour. Délicat et émouvant. CultureBox

Réalisé en « stop motion » avec des marionnettes, le film, à partir d'un sujet pas facile, se révèle capable de faire rire, pleurer et soulever l'enthousiasme de tous, adultes comme enfants. Une merveille pleine d'humanité. Le Parisien

Un bonheur ! Bande à part

Un chef d’œuvre de poésie, d’humour et d’intelligence. LCI

Cette pépite de soixante-dix minutes mérite de rencontrer le plus large des publics. Studio Ciné Live

On a rarement vu un trait aussi délicat bien que sommaire porter à ce degré d'émotion le pouvoir de l'amitié et la bienveillance d'un adulte. Sud Ouest

Le monde à hauteur d'enfants, sans mièvrerie. Le Figaro

Ce film intelligent, réaliste et positif, conte la renaissance d’un enfant après une tragédie familiale. Une leçon de résilience qui s’appuie sur la force de l’amitié, de l’amour et de la bienveillance : remarquable à tout point de vue ! Les Fiches du Cinéma

Le merveilleux au sortir du marathon où se sont embarqués quelque cent cinquante artisans, c’est qu’il se voit et ne se voit pas. La qualité saute aux yeux. Le labeur disparaît sous l’intelligence visuelle et sensible. La mise en scène est tout entière au service de son propos. L’Humanité
 

Imprimer cette page